Après des années de prix déraisonnablement bas, il n'est pas évident de comprendre les prix de la mode durable. Alors on s’est dit qu’il est important de vous expliquer comment ça fonctionne...

La fast fashion a fait son apparition sur le marché dans les années 90. On a vu grandir des grandes marques de mode très connues, dont on taira le nom, proposant jusqu'à 24 collections par an à des prix extrêmement bas. Cela offre une grande possibilité d'achat à beaucoup de personnes, consommant des vêtements sans compter. On se retrouve alors avec une armoire débordante de vêtements, et le comble dans tout ça, c’est que l’on n’en porte pas la moitié... 

Outre la surconsommation et le gaspillage vestimentaire, c'est surtout un désastre humain et écologique qui se cache derrière des prix aussi bas. Le fait qu'un vêtement puisse coûter moins cher qu'un sandwich parle pour lui-même.

Lorsqu'on souhaite manger un bon repas, on met le prix. Eh bien, ça devrait être pareil pour un vêtement.

La fast fashion nous fait croire qu'il est, éthiquement parlant, possible de produire un vêtement vendu à moins de 30 €. Alors oui c'est possible, puisque ces marques le font, mais c'est sans compter les concessions faites sur la qualité des matériaux choisis et sur la rémunération de celles et ceux qui fabriquent ces vêtements. Cependant, ces prix très bas n’empêchent pas les grandes enseignes de s’accorder des marges parfois démesurées sur leurs produits. Une marge estimée entre 4 à 8 fois le prix de fabrication du vêtement, pouvant aller jusqu’à 15 fois le prix chez des marques plus haut-de-gamme, pas forcément synonyme de qualité ou de respect des travailleur.euses. 

Une marque conventionnelle ne va pas hésiter à réduire au maximum la rémunération de ses ouvrier.ères, à sélectionner des matières de moins bonne qualité, à fermer les yeux sur les finitions résistantes ou encore à choisir une multitude de fournisseurs différents mais situés aux quatre coins de la planète, tout ça pour avoir le tarif le plus avantageux.

À titre informatif, une marge raisonnable se situe entre 2 à 3 fois le prix de fabrication, celle-ci permet tout simplement de financer les coûts de l'entreprise et de rémunérer les créateur.ices.

En résumé, vous l’aurez compris, les pratiques adoptées par ces enseignes ne sont pas compatibles avec les valeurs d’Homonoia.